Home Relance des activités économiques
Relance des activités économiques traditionnelles

 

Le massif montagneux qui surplombe le littoral a été le lieu de vie des habitants de la région durant des siècles voire des millénaires. Ils y ont produit leurs moyens de travail et de subsistance jusqu’à ce que la guerre,  puis l’exode rural et  l’attraction de la ville à la recherche de meilleures conditions

d’existence, les en éloignent.

Depuis, les temps ont naturellement  changés et avec eux les formes d’organisations  sociales et les modes de vie qui ont subit les bouleversements

Pot de miel

engendrés  par  la modernité. Celle-ci s’est accompagnée de progrès  dans bien des domaines mais, s’agissant des besoins essentiels de subsistance qui n’ont pas fondamentalement changés, elle  a conduit à une régression incontestable de la capacité et de la possibilité pour le citoyen producteur de les assumer.

L’urbanisation massive et la généralisation d’un  modèle de consommation fondé uniquement sur  la circulation monétaire ont  déconnecté  des milliers de paysans et d’artisans  de leur milieu rural d’activité.

Ils ont détruit la relation d’échange séculaire du producteur avec  son environnement naturel  qu’il transforme et qui,  en retour, le nourrit. Le résultat est que le citoyen  n’est plus autonome pour ses besoins minimums. Il doit se soumettre au marché et à ses règles de fonctionnement, comme intermédiaire obligé,  pour se nourrir.

Alors que faire ?

Rétablir le lien avec la nature. La démarche n’est pas originale puisque des peuples de tous les continents en viennent, aujourd’hui, à cette évidence que la réappropriation par les populations du lien directe  avec la  nature est la seule alternative viable qui puisse apporter une solution crédible au règne du sous développement, de la pauvreté et de la précarité.

Concrètement cela signifie qu’il faut réhabiliter et moderniser les  métiers et les savoirs faire  anciens pour relancer les productions  artisanale et  agricole locales qui sont intimement liées,  rétablir les solidarités traditionnelles, mutualiser les moyens,  promouvoir les échanges  et les complémentarités etc.

A Djoua, il y a beaucoup  à faire dans ce domaine.

L’agriculture de montage est  traditionnellement productrice de miel de grande qualité, d’huile d’olive, de figues, de cire, de savon, de liège, de bois artisanal, de charbon de bois, etc.

Ces activités, et bien d’autres encore, ont toute leur place dans une démarche de développement global que stimulerait la demande locale et celle, complémentaire, qui serait générée par le tourisme.