Home Organisation 2011
Organisation

Le festival de Djoua  2011

 

3è édition

___________________

Patrimoine et développement local

 

Depuis son lancement en Aout 2009, le Festival de Djoua s'est imposé comme l'évènement majeur de la saison estivale de Béjaïa. Le succès de la première édition a été largement ampifié par la deuxième, en Juillet 2010, avec plus de soixante mille visiteurs pendant la semaine qu'a duré la manifastation.

A l'évidence, le festival séduit. Par son originalité d'abord, perché au sommet d'une montagne sur le site merveilleux qui borde le littoral. Par son caractère novateur,aussi, comme porteur de projets de développement de la région. Par la diversité de ses activités  pédagogiques , ludiques et festives également. Et, enfin, par la convivialité de son accueil.

Cet incontestable succès suscite,  pourtant, l'hostilité  de quelques individus, agressifs et manipulateurs, qui ont engagé, auprès de quelques villageois, une violente croisade contre le Festival de Djoua jugé  impi et non conforme aux  valeurs culrurelles de la région. Ce discours, de censeurs obscurantistes, alimente  une capacité de nuisance d'autant plus réelle, qu'elle est motivée, chez nombre de ces individus, par la quête opportuniste d'intérêts individuels bassement matériels.

Lire la suite...
 

 

Le village  artisanal: valorisation des savoir faire traditionnels


L’artisanat en Algérie recèle  des fragments de mémoire, véhiculés depuis des temps séculaires, en relation  constante avec l’évolution historique, sociologique et économique du pays. Détenteur de savoirs liés à la nature, la géographie, la société et l’art, l’artisanat est un élément essentiel du développement de l’économie locale, de la revalorisation du patrimoine et  de la préservation de la mémoire culturelle.

 

Cet espace est organisé sous  forme d’un  village artisanal implanté près de  l’entrée du festival. Il est  clairement identifiable et  facile d’accès aux visiteurs. Les artisans occupent  des stands en dur, faits de murs en panneau de roseau consolidés par du mortier en mélange d’argile et de paille, le  « toub »

Une vingtaine d’artisans seront présents qui viendront de diverses régions du pays, Béjaïa, Alger, Tizi-ouzou, Khenchella, Boussaada, Ouargla.

A eux se joindront des artisans venant de Dakar, au Sénégal, pour faire connaitre leur art et leurs savoirs faires ancestraux.

L’organisation du  village fait toute sa place à l’action  pédagogique pour faire connaitre et valoriser, auprès des jeunes générations, les métiers de l’artisanat en tant que patrimoine productif  créateur de richesses qui peut jouer un rôle essentiel dans la redynamisation de l’économie locale.

Cet égard, l’expérience des deux années précédente à été un réel succès. Les artisans et artisanes ont animés chacun son stand en exerçant sur place le métier pour sensibiliser des festivaliers très intéressés. Les produits réalisés ont, d’ailleurs,  tous été vendus..

 

Lire la suite...
 


Diaporama