Home Le village
Le Village

 

Djoua est un petit village kabyle perché sur un des pics montagneux qui dominent le golfe de Bejaïa. Des siècles durant, ses habitants ont vécu de la culture du chêne liège et

de la fabrication du charbon de bois qu’à dos de mulet ils livraient aux navires marchands du port de la ville.

Il a fallu la guerre pour interrompre ce rythme et contraindre la population à déserter ce hameau ancestral déclaré zone interdite en 1958.

Depuis, le village est demeuré orphelin de ses habitants. L’exode rural d’après guerre, puis l’attrait de la ville et de la modernité les ont définitivement éloignés. Le village est comme oublié, abandonné. Seul, il ne peut résister l’usure du temps. Il se dégrade. Il n’est plus que ruine.

Pourtant, la moindre visite attentionnée révèle comme la présence d’une âme endormie. Elle est là, qui semble vouloir reprendre vie dans les pierres qui s’accrochent, les murs qui résistent, la toiture craquelant mais encore debout, le sol dénudé et envahi mais qui fait bonne figure.

 

Le village a une histoire à raconter. Son histoire mais aussi celle de ses ancêtres et des ancêtres des ancêtres. Il veut dire d’où l’on vient. Il veut que l’on sache qui nous sommes.

Alors il faut l’aider à témoigner, à livrer son passé, le nôtre. Il faut l’aider à se remettre debout, tel qu’il a toujours été. En le respectant, en le protégeant de la furie et la cupidité des hommes.

Des enfants de sa descendance ont entendu le message de Djoua. Ils s’engagent corps et âme à le faire revivre.

 

L’évènement dont il est question ici, le festival de Djoua, est la consécration de cette initiative salutaire dont il inaugurera la mise en œuvre.

 

 

village-djoua